Petite Zombie

Drame

____________________________
 
Une fillette de 4 ans perdue sous un cimetière avec des animaux qui parlent. Un univers extravagant qui cache un drame bel et bien réel…

 

Dans notre tête, la partie immergée de notre esprit est la plus conséquente – comme pour un iceberg. L’inconscience se cache toujours en profondeur, bien en dessous de la conscience et de ses nombreuses pensées journalières. Quand on plonge sous la surface, on se rend compte de l’étendue et de la dangerosité de la chose.
Méloé n’a que quatre ans au moment du drame. Précipitée sous la surface, elle découvre un monde dont elle n’a jamais soupçonné l’existence. Accablée par les ténèbres, la blondinette sacrifie ses sentiments afin de repousser les monstres qui tentent de l’engloutir. Mais une enfant peut-elle ressortir indemne du monde des adultes ?
Méloé parviendra-t-elle à remonter à la surface ?


Quand la brutalité de la réalité se heurte à l’innocence d’une enfant, les rêves fondent en cauchemars interminables.

Un livre disponible au format broché et numérique sur :

“Elle avait tout pour elle, cette gamine, la joie et l’innocence. Elle ne demandait qu’à aimer. Si un jour on lui avait dit qu’elle finirait dans une petite boite blanche matelassée, douze pieds sous terre, alors elle aurait répondu qu’elle allait vite s’y ennuyer.

La gamine tombe, encore et encore. Le trou s’avère être profond – très, très, très profond. Méloé a l’impression de planer comme un oiseau, un rouze-gorge pour être précis – son volatile préféré. Elle se tient en étoile et elle file, les jambes et les bras écartés. Ses cheveux ondulent au vent comme une assiette de spaghettis bolognaise sur la lune. Et si sa robe de tulle s’écrase contre son ventre, elle gonfle comme une meringue dans son dos. La fillette est comme une parachutiste, mais sous terre, et sans parachute

Lorsque les trois rescapés quittent le caméléon, celui-ci pousse la chansonnette afin de marquer les adieux. Sa voix de fumeur de cigares résonne dans les galeries – il le sait et espère bien que ça rameutera les badauds dans sa direction. L’air fait remonter des souvenirs dans la tête d’Olie. Elle a toujours adoré la « beuglante » de Jack – celle qu’il ne manquait jamais de chanter à ses clients en fin de service :

Cling, clang, clang.

Hey ! À l’Est, la terre mord le soleil,

C’est fini, il est temps de ranger les bouteilles.

Cling, clang, clang.

Plus de rasade ni de canon,

Plus de godet, ni de chopine, ni de rhyton.

Cling, clang, clang.

Le jour levé, le cimetière couché,

J’en ai plein le gosier, il est temps de fermer.

Cling, clang, clang.

Et si jamais t’es pas assez plein,

Garde ta bourse, je t’en resservirai demain.

Lorsque les trois comparses parviennent aux galeries de la mafia, la voix de Jack semble s’être éteinte. Quelque temps plus tard, Gerry croit entendre un coup de feu lointain.

Ce n’est pas un rat, pense-t-il.  

Pensez à laisser un petit commentaire après votre lecture.

Un avis = un poulpe beaucoup moins seul !

Quelques commentaires...

5/5

Magnifique lors de la lecture de cet ouvrage nous sommes comme cette petite fille qui cherche le bout du tunnel
Nous n’avons pas tous le même
Bravo et merci à Valentin pour cette merveilleuse histoire
Cela mériterait un film
. Corrine Gallais

5/5

J’ai eu du mal à entrer dans cette lecture mais après quelques pages, impossible de décrocher !! Une plume superbe, une fin bouleversante et un déroulé inattendu, un auteur que je ne regrete pas d’avoir découvert ! Manon Vallée

5/5

Dès les premiers chapitres, on découvre en même temps que cette petite fille , et on se pose pas mal de questions .
Que faisait t’-elle dans un cercueil ?
Un début assez flou et puis petit a petit tout commence a se mettre en place , et ça devient assez subtil !
On comprend donc que Méloé est morte , mais pourquoi , tel est la question .
Le roman étant divisé en partie , dans chacune d’entre elles , on a des réponses à nos questions .
On va suivre Méloé dans cette univers qui lui est inconnu et également sa vie d’autrefois .
Et tout devient si limpide !
L’auteur fait passer de très beaux messages a travers son roman .
Il traite de beaucoup de sujets assez philosophique tel que la mort , le regret , l’inconscient , et bien d’autres a chaque début de chapitres , permettant au lecteur de réfléchir la dessus , de prendre conscience de certaines facettes .
Er surtout il traite d’un sujet d’autant plus important , grave, à mes yeux , un sujet d’actualité que l’on voit passer partout , a la télé, sur les réseaux sociaux : la violence conjugale .
C’est quelque chose de bouleversant , de poignant et il le traite parfaitement a travers son roman .
J’ai été vraiment touchée par cette histoire , les conséquences que la violence conjugale peut avoir sur des enfants qui n’ont rien demandé , qui sont si innocents .
C’est un beau message et exemple que l’auteur fait passer a travers ses personnages , son histoire .
Quoiqu’il se passe , il faut en parler , il faut agir et ne pas subir .
La plume de l’auteur est très fluide à lire et agréable !
Ce fût une bonne lecture ! Ana.B

5/5

Comme je vous dis souvent je trouve plus difficile de mettre des mots sur une lecture qui se trouve à quelques millimètre du coup de foudre. Pourquoi ? parce que un coup de coeur ça ne se contrôle pas, c’est pratiquement instantané, irréel, poignant… En commençant ma lecture je me suis demandée dans quelle histoire j’allais m’enterrer. Un genre dont je n’ai pas l’habitude, des sensations et des ressentis peu communs ou exploités différemment de mes lectures habituelles !L’auteur nous entraine tout d’abord dans une première partie qui va poser les bases. On va rencontrer la petite Méloé. Touchante, émouvante, et totalement perdue. Le monde étrange qui va l’entourer m’a autant surprise qu’elle. Mais en quelque sorte sa naïveté apporte une étincelle à l’obscurité dans laquelle elle est plongée.
On découvre vraiment l’innocence d’un enfant, mais aussi le passage de la peine à la joie en quelques secondes … Le côté fantastique m’a complètement envouté et je n’ai pas une seule fois ressenti un détachement à l’empreinte que Méloé laissait dans ces galeries.La où j’ai été le plus surprise c’est lorsque je suis arrivée à la deuxième partie du roman… On se prends littéralement une claque … ça a pour moi pris une tournure imprévisible et déconcertante !
Le sujet que l’auteur a voulu mettre en place est superbement mis en avant avec intelligence et sans qu’on s’en rende compte on le voit avec les yeux d’un enfant. Je ne vous donnerai pas le sujet principal de ce livre car pour moi il est essentiel que vous ne le connaissiez pas avant de vous immerger dans cet univers.
Valentin Auwercx a réussi d’une manière quelque peu détournée à évoquer un sujet d’actualité, mais aussi de parler d’égoïsme, de psychique, de peurs et de transfert… Bref j’ai adoré !!! 
Kloa